VAR : Hôpital de FREJUS Mobilisation contre le licenciement de 2 agents dans le cadre de la mise en place du GHT

FranceDégraissage du Mamouth (GHT) !

Les membres du syndicat Force Ouvrière distribuent des tracts aux autres employés du centre hospitalier intercommunal de Fréjus Saint-Raphaël et les alertent sur la situation de deux collègues qui sont l’objet de licenciements économiques.

«Comme on l’avait craint, le dégraissage commence à se faire, dans la ligne de la politique de Marisol Touraine qui va précariser les emplois et le parcours de soin des patients», argumentent les syndiqués Force Ouvrière. «Le groupement hospitalier de territoire (GHT) se met en place et c’est néfaste pour les emplois. Toulon est l’hôpital support, ce qui engendre des restrictions de personnel. Tout ce qui est extérieur aux soins, comme la lingerie, les services techniques, fait l’objet de regroupements. Aujourd’hui, il s’agit de deux hommes qui sont en CDI depuis plusieurs années, des agents du service technique.» Pas de pitié, les agents ne sont que des Kleenex qu’on jette sans remords.

La suite ICI

BOUCHES DU RHONE HOPITAUX DE MARSEILLE (APHM) ENFIN ! UN DEBUT D’AMORCE DE DIALOGUE SOCIAL

FranceJeudi 11 mai, le nouveau directeur général de l’APHM Jean-Olivier Arnaud a rencontré les personnels lors d’un appel à la grève organisé par FO et le CNI. Face à lui, plus de 500 agents (paramédicaux, administratifs, techniques) issus de tous les sites hospitaliers.

Tous s’étaient rassemblés au siège de ‘AP-HM « pour faire comprendre au nouveau directeur que la mobilisation est là, que nos conditions de travail sont lamentables et inacceptables, que nous n’avons plus le temps d’attendre des réponses », dixit Audrey Jolibois, secrétaire générale FO-AP-HM

La suite ICI

SARTHE CHS D’ALLONNES SUPPRESSION DE LITS ET DE POSTES L’ÉTABLISSEMENT DEVIENT « FOU »

FranceGrosse colère des personnels soignants à l’EPSM de la Sarthe, l’établissement public de santé mentale basée à Allonnes. L’intersyndicale FO – Sud – CGT les avait appelés le 5 mai 2017 à faire grève et ce vendredi après midi, 200 agents ont interrompu la réunion du comité technique d’établissement (CET) pour dénoncer une nouvelle dégradation des conditions de travail et de soins. Plus précisément, ils s’opposent à la fermeture en juin d’une unité (soit 20 lits d’hospitalisation) et la suppression de 7 postes de psychologues en pédopsychiatrie à compter du 1er août.

La suite ICI